Un levée de soleil prometteur

mvi_1065_1-00_00_16_04-still001

Un buck au levée de soleil laisse promettre de grande chose mais malheureusement l’automne canadien d’une province à l’autre fut sombre avec peu de soleil mais très doux… Est-ce cela le réchauffement climatique? Si, oui, ça ne laisse rien présager de bien bien plaisant.

Des souvenirs

fullsizerender gopr1225-00_00_00_12-still003

Parti de plus de 2 pieds de neige le 20 octobre, nous avons fait plus de la moitié de la saison sans neige tellement le doux temps est revenu mais nous avons quand même récolté plusieurs bucks de qualité même si une majorité de nos vieux chevreuils avaient quitté pour les zones hivernales.

De retour

dsc00568-copy-2

Aujourd’hui, je suis de retour au bureau ou à la maison depuis hier soir 18h00. Ce matin, je suis tombé sur une photo vielle de 10 ans et ça ma frappé combien j’ai vieilli dans les dix dernières années mais aussi combien j’ai travaillé.

J’arrive d’une saison qui s’annonçait excellente mais qui fut combien difficile dû à l’énorme quantité de neige reçu ( 2 pieds le 6 octobre ) très tôt avant la saison qui a littéralement enclenché la migration hivernale de la plupart de nos vieux chevreuils vers les terres agricoles au sud de notre terrain en plus de détruire ou boucher la majorité de nos sentiers d’accès. Je vous reviendrai sur cette saison et la prochaine plus tard en décembre.

Pour le moment, je suis content et fier de mon équipe d’employés et d’amis sur le terrain qui nous ont aidé à passer à travers ce défi. Je lève aussi et encore plus mon chapeau à mon amour, ma partenaire de business , Jose Schell, qui a su tenir le fort encore une fois seule à la maison à tenir les morceaux en place. Un autre marathon pour moi qui s’achève. Depuis le 19 octobre à raison de 14 heures par jours, 7 jours par semaine et 7 semaines en ligne, dans des conditions difficiles pas juste sur la machinerie mais sur le body et le mental car être proprio dans ces conditions demande d’être pas seulement un guide mais aussi motivateur, psychologue, gestionnaire en plus d’encourager tes troupes et tes chasseurs et à l’occasion botter le cul de tes amis. À 51 ans, ça commence à être plus difficile de tenir le rythme même dans la passion.

Dans les prochains jours, nous aurons fait le tour des vieux amis chasseurs qui sont devenus nos clients réguliers et qui reviennent et je commencerai à retourner appels et e-mails des nouveaux chasseurs qui veulent se joindrent à nous en 2017.

À plus tard. Louis

L’un des derniers.

dsc_1044-copie fullsizerender-1

Un des derniers bucks de la saison, ils sont plus petits car le rut est fini et la migration hivernale est commencée. J’inclus également le message de l’un de nos chasseurs qui est devenu un ami au fils des années. Ça prouve que le résultat n’a pas toujours besoin de se compter en B&C pour être satisfaisant. Merci à tous ceux qui reviennent à chaque saison et aux autres chasseurs québécois qui ont suivi mes formations et capté l’essentiel de mon message.

Pas facile

dsc_0834-copie

La dernière semaine ne fut pas facile du tout. Nous avons quand même réussit à prélever 4 bucks sur 6, de beaux chevreuils mais rien d’exeptionnel pour notre territoire.  Un chasseur n’a pas été en mesure de faire une évaluation adéquate et a passé un beau bcuk de plus de 140, le premier matin. Ce fut le plus gros chevreuil de vue de la semaine. Un autre buck fut récolté et pesait plus de 225lbs vide. En moyen la température fut de 10C plus chaud que la moyenne saisonnière.

La compétition

spypoint

spypoint

Début d’hiver difficile qui s’est heureusement corrigé depuis. Les chevreuils sont très agressifs entre eux quand vient le temps de survivre et le moindre petit grain devient un enjeux.

Un plus petit

spypoint

spypoint

Je sais qu’au Québec, si les chasseurs ne se prennent pas en main et sautent une ou deux ans de récoltes de petits bucks …même un petit buck comme celui-ci sera rare. C’est la biologie de l’espèce et la pression de chasse, nos biologistes font dodo.