Scénario facile

Considérant que l’ouest vient de la gauche de l’image, il est impossible de chasser près de la zone de couchage d’épinettes à droite. Votre option sera la ligne de tir. Si le vent tourne, direction est, pour la pluie alors vous pouvez être dans un tree stand près des épinettes préférablement à proximité d’une trail menant au champ nourricier ayant quelques signes de bucks.

_DSC2416

Couvert ou nourriture

Ça prend des décennies à rebâtir des forêts qui peuvent servir de ravage hivernale de qualité. Pour une grande période de temps, souvent des dizaines d’années, la nourriture est présente car la repousse de cèdres est jeune et accessible tandis que finalement lorsque la forêt est devenue assez mature et constituée d’assez de conifères pour retenir la neige, dans beaucoup de cas, la nourriture est presque inexistante. Ce n’est pas évident naturellement et avec aménagement de bien réussir le équilibre  idéal.

photo 1photo 2

En attente

Voici une partie de notre territoire en Saskatchewan. C’est dans le nord du terrain, nous avions tellement hâte de faire chasser ce stand, nous avions intégré deux nouvelles lignes de tir et éclairci un secteur vers le bas. Les 3 pieds de neige reçus en début de saison nous ont empêché de s’y rendre. À l’an prochain.

DSC01520 copyDSC01516 copy

Stratégie 101

Voici une opportunité plutôt rare. Un canal de déplacement naturel et presque obligatoire. Plusieurs, voir la majorité, feraient l’erreur d’aller s’installer directement dans la passe. Mieux vaut être en retrait pour utiliser le vent d’ouest pour éliminer les risques d’erreur. Subtillement au printemps, enlever un ou deux arbres pour créer une ligne de tir menant à la transition entre les feuillus et les conifères pour intercepter les mâles qui pourraient frotter et gratter dans la transition sans vouloir traverser le passage. Un faux grattage sur la transition tournera rapidement en vrai grattage si quelques bucks vivent dans le coin. Un ou deux arbres pourraient aussi être enlevés dans le passage pour augmenter la visibilité et le temps de réaction du chasseur. De grâce, ne faites pas un condo mais un petit ladder stand subtile et camouflé.
lundi

Le jour de la paix

J’aurais pu appeler cela le jour du Seigneur mais il n’y a plus assez de personnes qui pratiquent ou qui croient… Mais disons que cette photo de notre ruisseau qui draine notre lac inspire simplement la paix et la beauté de la nature. Je ne comprends pas pourquoi les gens quittent la campagne pour aller vivre en ville…
dimanche

Ça grossit vite

Ce couple d’outardes niche sur notre lac depuis 5 ans maintenant et certaine année, ils sont plus visibles et observables que d’autres. Voici la différence de grosseur des poussins en 20 jours d’intervalle. Ça grossit plus vite que nos poules, on devrait peut-être vendre quelques permis commerciaux comme pour les poissons et ainsi  ralentir ou diminuer la progression de la population en offrant une viande de qualité.
samedi 1samedi 2

Pas raciste

Les ours noirs ne sont certainement pas racistes car ils ont eux-mêmes plusieurs variétés de couleurs… Disons qu’à notre pourvoirie, ils sont encore moins regardant sur la couleur car les ours colorés ne sont pas rares et les femelles à 2-3 et même 4 oursons ne sont pas rares non plus.
vendredi

Pour oeil alerte…

Lors de mon voyage de rêve en BC. Nous étions toujours sur des sommets à observer avec nos binoculaires les flancs des autres montagnes pour débusquer des wapitis. Ce n’est pas la place pour des binoculaires à 25$ de Canadian Tires… et ce n’est pas la place pour les trop grands surplus de poids…

jeudi 1Surprise …. plus bas

 

 

 

jeudi 2

À la diète…

img067
Même en sous-forêt de sapins et d’épinettes matures sans grand nourriture, un mâle mature réussit toujours à trouver une petite plante par ci par là à se mettre sous la dent. C’est ce qui rend la chasse aux bucks matures si compliquée. Ça prend pas beaucoup de nourriture pour attirer un gros buck mais ça prend un bon couvert.

Pas encore tombé

IMG_4478(rev 0)

Un ami m’a fait parvenir cette photo d’un beau buck vivant près du centre ville d’Ottawa. Cette photo fut prise au début du mois de février et malgré l’hiver assez difficile, il avait encore ses cornes. C’est normalement le cas des bucks vivants en périurbain qui sont régulièrement nourris par les habitants.