Trophée ou pas ?

Pas toujours facile d'être chasseur de trophées et pas plus facile non plus d'être pourvoyeur pour chasseurs de trophées. Ce buck fut filmé la première heure du premier matin de chasse de la saison 2015 à notre pourvoirie Bear Buck Obsession. Malgré que ce buck dépassait aisément les 160 BC, notre chasseur n'étant pas certain à 100% que ce chevreuil rencontrait tous ses standards et il prit la décision de laisser vivre ce trophée une année de plus, en espérant voir mieux durant sa semaine de chasse. Une décision mûrit puisqu'il a observé ce buck plus de 10 minutes devant lui manger, frotter et gratter autour de son affût.

À l'occasion, nous avons le temps de calculer nos décisions et choisissons une avenue pour nous faire avancer en tant que chasseur pour nous rendre meilleur. Ce fut le cas de notre homme. Comme pourvoyeur, on ne peut que respecter la décision du chasseur puisque trop souvent dans mes 5 ans de pourvoyeur, ce fut l'inverse que j'ai vu. Des chasseurs récolter des bucks de classes inférieures (plus jeunes) en début de séjour de peur de quitter la pourvoirie sans chevreuil.

Devenir chasseur de trophées c'est un peu une ascension vers la Ligue Nationale de Hockey, on doit passer par les étapes du bas de Pee-Wee à Midget AAA en passant par la ligue américaine.

De notre côté, l'hiver s'annonce parfait pour une deuxième année consécutive, le contrôle des prédateurs fut encore une fois pris au sérieux et l'inexistante pression de chasse de ce secteur, autre que la nôtre, nous font croire que ce chevreuil survivra et passera facilement les 170 BC, même après les fameuses déductions, pour le placer probablement dans le fameux livres des records Boone et Crockett. C'est stimulant pour la saison 2016.




Retour à la page d'accueil